Equipes

Thèmes mis en œuvre

 

Thèmes mis en œuvre 

  • Chimie et géochimie des eaux
  • Qualité et traitement des eaux
  • Hydrologie et gestion des eaux
  • Micro biologie des eaux

Équipe n°01

Titre de l’Équipe 

Chimie et géochimie des eaux

 Acronyme éventuel :

CGE

 Home page  Équipe

 

 Localisation physique :

 

 Nom -Chef d’équipe

Bebba Ahmed Abdelgafid

Grade : MCA

 Nom & Prénom

Sexe

Grade

Spécialité

Structure de rattachement

 Bebba Ahmed Abdelgafid

M

MC (A)

Chimie

Université Kasdi Merbah Ouargla

 Hacini Zineb

F

MA (A)

Chimie

Université Kasdi Merbah Ouargla

 Benabdesselam Soulef

F

MA (A)

Chimie

Université Kasdi Merbah Ouargla

 Zighmi Souad

F

MA (A)

Chimie

Université Kasdi Merbah Ouargla

Objectifs d’ensemble

Les eaux souterraines constituent la principale ressource hydrique dans le Sahara Septentrional, soit du point de vue potentiel (60000 milliards de mètres cubes) ou de superficie (600000 km2). Son exploitation a commencée pour des besoins domestiques et agricoles pour s’étendre aux besoins industriels (lavage des puits salés, maintien de pression, fluide de refroidissement, etc.).

 

Bien que l’eau de l’Albien présente des caractéristiques spécifiques (gradients de température, conductivité et dureté élevée), il n’a pas fait l’objet d’études approfondies, cette méconnaissance a engendré de sérieux problèmes dont les plus couramment rencontrés nous citerons l’entartrage des conduites, bouchage des puits injecteurs, dissolution des sels suite aux infiltrations d’eau derrière les tubages corrodés.

 

Cette équipe de recherche se fixe comme objectif principal l’affinement de la qualité physico-chimique des eaux souterraines de ces régions, de mettre en évidence les effets engendrés par son exploitation et d’explorer leurs vulnérabilités vis-à-vis des perturbations extérieures. Il s’agirait, à titre d’exemple, d’actualiser les analyses concernant les teneurs en nitrates et en orthophosphates, dont les résultats présentés par les analyses antérieures répondent suffisamment aux besoins de l'agriculture. Par voie de conséquence ces eaux nécessitent elles des traitements?

Pour répondre objectivement à ces questions, la méthodologie développée consiste à une étude géochimique des eaux (Na+, Cl-, Ca2+, SO42-, Mg2+, F-, NH4+, NO2-, NO3-, PO43-, SO42-, les oligo-éléments, les métaux lourds, pH, conductivité, dureté, ...) des eaux souterraines des régions du Sud Algérien. Cette analyse permettra de créer une banque de données, de caractériser et de dresser une carte hydrochimique des eaux par zones.

Équipe n°02

Titre de l’Équipe 

Qualité des eaux et traitement

 Acronyme éventuel :

Quet

 Home page  Équipe

 

 Localisation physique :

 

 Nom -Chef d’équipe

Messaïtfa Amar

Grade : Professeur

 Nom & Prénom

Sexe

Grade

Spécialité

Structure de rattachement

 Messaïtfa Amar

M

Professeur

Sciences de l’eau

Université Kasdi Merbah Ouargla

 Guerri Messaoud

M

MA (A)

Chimie

Université Kasdi Merbah Ouargla

 Baoua Kaïs

M

MA (A)

Hydrochimie

Université Kasdi Merbah Ouargla

 Belmabdi Amel

F

MA (B)

Hydrochimie

Université Kasdi Merbah Ouargla

Objectifs d’ensemble

Les eaux souterraines constituent la source unique en eaux potable des régions du Sahara Algérien, soit du point de vue potentiel ou de superficie. Bien que ces eaux présentent des caractéristiques spécifiques : gradients de température, conductivité et dureté élevée, résidu sec important forte salinité, il n’a pas fait l’objet d’études approfondies, cette méconnaissance a engendré de sérieux problèmes :

- Entartrage des conduites,

- Bouchage des puits injecteurs,

- Corrosion des ouvrages hydrauliques et pétroliers,

- Effet sur la santé humaines (fluorose dentaire et squelettique, caillots urinaire, cardio-vasculaire, diarrhée, …)

- Mauvaise goût dû aux fortes teneurs en Na+, en Cl-, en SO42-,

 

 L’approche scientifique développé, consiste à suivre, à décrire et à mettre en évidence le procédé de traitement adéquat :

 

1. Décarbonatation (adoucissement) des eaux : l’undes problèmes majeurs qui menace de nos jours le devenir des ouvrages hydraulique (conduites, refroidisseur, radiateur, …), c'est l'entartrage. La menace provient en grande partie de la présence, en quantité notable, des éléments responsables de la dureté (Ca2+, Mg2+) dans les eaux. Auxquels s’ajoutent les conditions favorables à l’entartrage (Température et pH). Depuis longtemps, le problème qu’engendre ce phénomène, atteint un niveau localement alarmant, la solution nécessite la prise en charge immédiate de ce problème par la maîtrise des paramètres et la mise en place d’un procédé d’adoucissement efficace, économique et durable des eaux dures de la région.

2. Défluoruration des eaux : dans le sud de l’Algérie, nous assistons à une fluorose (dentaire et squelettique) silencieuse parmi les citoyens.Au vue de la méconnaissance de toutes les sources de fluorure, l’équipe de recherche à pour objectif d’estimer le niveau de l'exposition de fluorure et des risques de fluorose dans les principales régions du Sud Algérien. Il permis d’évaluer la prise quotidienne de fluorure consommée, de localiser les zones à risque, d’établir un bilan et de rechercher une solution à courte terme, selon un procédé efficace et économique conformément aux normes recommandées (<1,5 mg/l)..

3. Désinfection des eaux : Pour certaine région du sud Algérien, l’huile de cade (Gatrane), est largement utilisée dans les eaux de consommation. Cependant, aucune information scientifique utile n’est disponible pour le moment dans la région quant à l’utilité et l’utilisation de ces huiles dans les eaux de consommation. Pour les années à avenir, les enjeux de la valorisation des produits naturels (notamment local) prennent de plus en plus d’importance. La mise en évidence et la valorisation des huiles de cades, du charbon des noyaux de dattes ou des déchets de bois comme matrice naturelle, dans le traitement et l’amélioration de la qualité chimique et microbiologique des eaux de consommation, semble représentent un atout de développement pour l’économie de pays et la recherche scientifique.

Équipe n°03

Titre de l’Équipe 

Hydrologie et gestion des eaux

 Acronyme éventuel :

Hydros

 Home page  Équipe

 

 Localisation physique :

 

 Nom -Chef d’équipe

Boutaoutaou Djamel

Grade : MC A

 Nom & Prénom

Sexe

Grade

Spécialité

Structure de rattachement

 Boutaoutaou Djamel

M

MC (A)

Hydrologie

Université Kasdi Merbah Ouargla

 Zeggane Houari

M

MA (A)

Hydraulique

Université Kasdi Merbah Ouargla

 Seggai Soufiane

M

MA (B)

Hydraulique

Université Kasdi Merbah Ouargla

 Chaïch Khaled

M

MA (A)

Agronomie

Université Kasdi Merbah Ouargla

Objectifs d’ensemble

Au Sud de l’Algérie, la pluviométrie est rare (39 mm/an) et le déficit d’eau est comblé par l’exploitation des nappes fossiles les plus importantes du monde (UNESCO, 1972), le Complexe Terminal (CT) et le Continental Intercalaire (CI). Les potentialités de ces réservoirs fossiles (Cheverry et Robert, 1998), très partiellement renouvelées (Kattab, 2001 ; Dahmani et Bithorel, 2001), sont évaluées à 60 000 milliards de m3.Compte tenu de l’accroissement des besoins en eau (potable, agricole et industrielle) et de l’état actuel de sa gestion, cette ressource risque de représenter dans le future, un problème de sa durabilité (un rabattement de 80 m est déjà signalé). Par ailleurs, la population ayant doublé entre 1977 et 1987, doublera de nouveau entre 1988 et 2008, la superficie agricole et les besoins industriel ont augmenté ces dernières années entraînant une surexploitation des ressources souterraines. Par ailleurs, de nombreuses région du Sud de l’Algérie (Ouargla, Touggourt, El-Oued, El-Goléa), sont dépourvues d’exutoire naturel (pente < 0,1 ‰) où seule l’évapotranspiration constitue la sortie des eaux, lui confère une très grande sensibilité à la remontée des eaux. En hiver, l’infiltration et la concentration des eaux dans les basses vallées, forment des mares, qui hormis les conséquences écologiques (prolifération des insectes, dépérissement des palmeraies, salinisation des sols, perte de la production), constituent une perte des ressources souterraines pompées. La vidange de ces mares, en été, par évapotranspiration a pour conséquence un rabattement de la nappe phréatique et une forte salinisation des sols. La remontée des eaux liée, principalement, à  l’endoréisme des régions a été accentuée ces dernières années suite à l’accroissement des besoins en eaux des différents secteurs de développement. Ce travail permettra de sensibiliser l’ensemble des acteurs quant au problème auquel est confrontée la région. C’est une contribution visant à atténuer le phénomène de la remontée et à sauvegarder les ressources et le système oasien. C’est dans ce sens que s’inscrivent les objectifs de cette équipe de recherche, qui consiste en l’estimation du bilan hydrologique dans le but de sensibiliser l’ensemble des acteurs quant aux risques auxquels sont confrontées les régions du sud et l’économie du pays en général.

Équipe n°04

Titre de l’Équipe 

Microbiologie des eaux

 Acronyme éventuel :

Microbios

 Home page  Équipe

 

 Localisation physique :

 

 Nom -Chef d’équipe

Siboukeur Oumelkheir

Grade : MCA

 Nom & Prénom

Sexe

Grade

Spécialité

Structure de rattachement

 Siboukeur Oumelkheir

F

MC (A)

Science Alimentaires

Université Kasdi Merbah Ouargla

 Bayoussef Zahia

F

MC (B)

Pharmacie

Université Kasdi Merbah Ouargla

 Hassaine Amina

F

MA (A)

Pharmacotoxicologie

Université Kasdi Merbah Ouargla

 Khallef Sakina

F

MA (A)

Microbiologie

Université Kasdi Merbah Ouargla

Objectifs d’ensemble

Le développement industriel et l’intensification des activités humaines sont à l’origine de l’accroissement et de la dispersion des polluants dans le milieu naturel. L’Homme "moderne" ignorant la fragilité du système et ces équilibres naturels, lui impose une multitude de perturbations. Pour les années à avenir, les enjeux d’un environnement sain et propre prennent de plus en plus de l’importance. L’un des problèmes majeurs qui menace de nos jours l’environnement saharien est le déversement direct des eaux usées domestiques dans le milieu naturel en vue de son traitement par lagunage naturel. Cependant, on ne dispose d’aucune information scientifique sur son efficacité, dans les conditions sahariennes, vis-à-vis l’évolution et le devenir des eaux usées ni leur impact sur le milieu récepteur. En effet, tout milieu naturel possède une capacité d'autoépuration sans laquelle les conséquences peuvent être très graves (contamination des nappes, des sols et des aliments), rendant ainsi son utilisation pernicieuse pour l'homme et les animaux.

 

D’origine humaine ou animale, la pollution biologique présente un danger de santé publique. Deux conséquences peuvent se présenter :

1. Conséquences sanitaires (maladies à transmission hydrique)

2. Conséquences écologiques (pollution des sols, des aliments, prolifération des insectes,…)

Pour une éventuelle réutilisation des usées en agriculture et pour une meilleure protection de la santé publique, l’approche scientifique adoptée par cette équipe de recherche, consiste à l’analyse et à l’identification des espèces microbiologiques présentes dans les eaux potables et usées, en la mise en évidence de procédés de désinfection des eaux en utilisant certaines produits naturels (Huile de cade, charbon des noyaux de dattes et de déchets de bois et d’optimiser en comparant  aux désinfectant ordinaire (hypochlorite,  permanganate, …), en un suivi, dans des conditions contrôlées, l’évolution de la qualité des eaux usées traitées dans le temps et en fonction des paramètres physico-chimiques (température, concentration, espèces de bactéries, …). L’analyse et le suivi de l’évolution des principaux éléments indicateurs de pollutions (NH4+, NO2- et NO3-, PO43-…), permettent de dresser un bilan de traitement et d’optimiser les paramètres expérimentaux.